AAA complémentaire – N°1 Reproductibilité et transférabilité de la recherche-action participative, une équation possible ?

La recherche-action participative s’appuie sur un collectif original, ancré dans un territoire. Elle implique également une dimension réflexive et itérative à des pas de temps plus ou moins grands.
Si une problématique de base est posée, les thématiques, questions de recherche et hypothèses d’un tel processus de recherche ont vocation à évoluer, émerger du terrain au fur et à mesure du projet. De la même façon, les méthodologies employées, comme les manières de traiter et d’analyser les données, puis de restituer les résultats, sont le fruit d’un collectif qui s’ancre dans un terrain/territoire particulier.
L’UGI 2022 qui s’est tenue à Paris a été l’occasion d’organiser une session d’échanges portant sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques propre aux démarches de recherche-action participative. En abordant des cas concrets, les auteurs se sont questionnés sur la possibilité de reproduire des démarches de recherche, voire de les transférer vers d’autres territoires. Cette session a principalement réuni des contributions de géographes et de plasticiennes. Il est alors apparu nécessaire d’ouvrir ces réflexions à toutes disciplines abordant la question de la recherche-action et du rapport au terrain à partir d’autre appareillages méthodologiques.
C’est dans ce cadre qu’un premier appel à article a été publié au printemps. Nous avons reçu des textes forts intéressants. Ils sont en cours de relecture. Or, nous aimerions, dans la continuité de ce qui a été expérimenté avec beaucoup de succès dans le numéro inaugural de la revue, compléter cet appel par un second, centré sur des textes courts. Il s’agit notamment de valoriser des réflexions et travaux en cours et/ou des travaux tant de jeunes chercheurs que de chercheurs plus expérimentés.

Enfin, les articles doivent compter entre 6 000 et 11 000 signes espaces compris, hors bibliographie en respectant les normes d’édition.

Les contributions seront à adresser :

à la revue revue.gps at/chez gmail.com ET aux deux coordonnateur·rices du numéro : guillaumeduranel at/chez gmail.com ; emmanuelle.faure at/chez u-pec.fr

Date limite de réception des propositions : 15 octobre 2023

La parution du numéro est prévue au 1er trimestre 2024.

Appel à article complet en pdf.

La Proximité, c’est pourtant simple ! Proposition de carte heuristique de la proximité

Sylvie Coupleux
Maîtresse de conférences en Géographie
Université d’Artois
UR 2468 Discontinuités
Cofondatrice et membre du comité éditorial de GéoProximitéS

Sylvie Delmer
Maîtresse de conférences en Géographie
Université de Lille
ULR TVES
Cofondatrice et membre du comité éditorial de GéoProximitéS

Nicolas Lebrun
Maître de conférences HDR en Géographie
Université d’Artois
UR 2468 Discontinuités (Artois)
UR 4287 Habiter le Monde (UPJV)
Cofondateur et directeur de la revue GéoProximitéS

Corinne Luxembourg
Professeure des universités en géographie
Université Sorbonne Paris Nord
UR Pléiade
Cofondatrice et membre du comité éditorial de GéoProximitéS. Secrétariat éditorial.

Télécharger l’article en pdf.

Grâce aux 44 articles qui précèdent le présent texte, écrits par 50 auteur·ices issu·es d’une douzaine de disciplines, nous en savons un peu plus sur la proximité. Nous avons eu le plaisir d’embrasser la richesse et la diversité de celle-ci, comme autant de promesses de chantiers à explorer dans les futurs numéros de la revue GéoProximitéS.

Faire la synthèse d’un numéro aussi riche, autour d’un terme pourtant si simple – la proximité – nous a semblé être un exercice périlleux, et au résultat assurément fastidieux pour le lecteur. Mais, comme nous ne comptions pas pour autant nous dérober à l’exercice, nous nous sommes dit qu’un joli dessin valait mieux qu’un long discours. C’est pourquoi, nous avons souhaité tirer les leçons de l’ensemble de ces textes, sous forme d’une carte heuristique.

Bien sûr, sur cette carte nous avons dû faire des choix : celui d’y mentionner une fois chacun des textes de ce numéro, mais de ne pas y citer des références extérieures, généralement mobilisées par les premiers.

Puisse ce document trouver écho dans les réflexions sur la proximité, et vous convaincre que la proximité c’est vraiment simple !

La proximité, c'est pourtant simple ! Carte heuristique
La proximité, c’est pourtant simple ! Carte heuristique

Références bibliographiques :

AUDAS Nathalie, « Expériences de vie confinée. Vers une recomposition temporaire de(s) proximité(s) », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1966

BENEDETTI Juliette, EMSELLEM Karine & BOUISSOU Stéphane, « D’ici ou de là-bas ? Diversité d’appréhension des proximités alimentaires à partir des points de vente niçois. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2490

BILLAUDEAU Valérie, « Proximité « film de recherche et spectateurs » : exemple de Scoper », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1739

BOURDEAU-LEPAGE Lise, « La difficile alliance des formes de proximités en matière de bien-être », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2209

BOUSBAINE Antonia, « De quelles proximités parle-t-on dans les circuits-courts wallons ? », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2851

BREVIGLIERI Marc, « Biens communs de proximité et pouvoir climatisant des ambiances urbaines. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2858

BRUN Nicolas, « Jeux de hasard et d’argent et micro-proximités dans les bars-PMU. L’exemple d’Aubervilliers. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3153

CONSIDERE Sylvie, « L’espace de proximité au cœur des apprentissages en géographie au cycle 3 », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1794

DI MEO Guy, « Espaces et temps de la proximité », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1699

DIOUF François Singue, « Le foyer la nuit, un espace de proximité redécouvert à la faveur de la covid-19 à Dakar, au Sénégal », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2577

DREVON Guillaume, « Restaurer les proximités spatiales et temporelles. Une approche par la rythmologie », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3128

DUPUY Lionel, « À la recherche du temps perdu (Marcel Proust) : rhétorique & réalité d’une proximité accessible à tous. », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1574

FERRU Marie & RALLET Alain, « Regards croisés sur les proximités : un intérêt renouvelé pour la géographie et les sciences sociales ? », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1721

GAHINET Marie-Christine, « L’évolution de la proximité dans le commerce alimentaire », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2201

GAUTHIER Catherine, « De l’étrange proximité socio-spatiale du kebab en région », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2090

HILIQUIN Marie, « Proximité et frontière : vivre le « rêve chinois » à Khorgos. », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses. org/3166

HUMAIN-LAMOURE Anne-Lise, « Quand la proximité fait loi », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2550

KADRI Myriem, « Mes proximités, une affaire de distance sensible ? », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2141

LAGEISTE Jérôme, « Voyager ou faire l’expérience conjointe de la proximité et du lointain », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2472

LAZZAROTTI Olivier, « Proximité… hum… Laisse-moi un peu réfléchir. Ok… », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1784

LEBRUN Nicolas, « Pour une conscience de proximité(s) », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1335

LECOMTE Flora, «Dis-moi comment tu nommes tes champignons, je te dirai d’où tu viens : comment le champignon nourrit l’appropriation territoriale par la proximité », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, 2023/0 URL : https://quamoter.hypotheses.org/1615

LEHMANN Xavier, « La proximité, une question de typologie(s) ? », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2310

LEMARCHAND Nathalie, « L’Union Géographique Internationale (UGI) : Proximités et approche scalaire », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3069

LEVRIER Alexis, « Les enjeux d’un “off” jupitérien, ou le dilemme de la proximité entre les présidents et la presse », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3061

LUXEMBOURG Corinne, « « Gennevilliers est le centre du monde et Paris sa plus proche banlieue » ou le centre du monde comme pensée-outil pour décentrer l’habiter le monde », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2664

MILAZZO Josepha, « Village global versus Village périurbain. Approximer les métamorphoses villageoises par la proximité », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2324

MILLET Morgane, DEVLEESHOUWER Perrine & SORBA Jean-Michel, « La ferme, expression de proximités renouvelées ? Pour une approche critique depuis la Corse. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2758

MONTETY Felix de, « Au plus près de la pente ? Quelques effets sensibles et ethnographiques de mobilités cyclables sur un terrain d’enquête en montagne», 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2219

MORVAN Yoann, « Le sens de la proximité d’un discount « ethnique » à Marseille. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2863

MOULLE François, « La frontière, entre distance symbolique et proximités relationnelles », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2654

NACEF Yannis, « Les hameaux de montagne à l’écart et la recherche de la distance », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1799

OSTIAN Gaspard, « De Abidjan à Rabat en provenance de Paris. Sentiment de proximité dans les mobilités métropolitaines et concept de géoproximité. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2694

PECQUEUR Bernard, « Comment l’économie des proximités s’est « prise les pieds dans le tapis » et comment en sortir », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2320

PIGANIOL Victor, « Airbnb ou la proximité marchandisée. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3048

PLOUVIER Théophile, « L’approche réflexive en géographie et le positionnement du chercheur : (en)jeux de proximités ? », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1974

RAMADIER Thierry, « La multi-dimensionnalité de la proximité géographique », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2076

RAOUL Maïwenn, « Proximité et violence. Réalités de terrain(s) dans l’informalité péruvienne. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2585

SHEARMUR Richard, « Localisation et proximité géographiques : comment les mesurer dans un univers de mobilité ? », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2484

STASZAK Jean-François, « Distance et distanciation », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2776

TAFANI Caroline, « Le développement de la Corse au prisme des proximités locales : enjeux de recherche », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS,  URL : https://quamoter.hypotheses.org/1375

TOURMEN Claire, « Le va-et-vient entre proche et périphérique, au cœur du développement de l’intelligence », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/1991

YILDIZ Hélène, REITER Alan, « Intelligence Artificielle : Quand la technologie est au service de la proximité sociale et organisationnelle. », 0 | 2023 – Ma proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3136

ZERAI Faouzi, « Métropolisation et recomposition territoriale d’une petite ville à la périphérie de Tunis : le cas de Soliman. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/2769

Pour citer cet article :
COUPLEUX Sylvie, DELMER Sylvie, LEBRUN Nicolas & LUXEMBOURG Corinne, « La Proximité, c’est pourtant simple ! Proposition de carte heuristique de la proximité », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3293

Restaurer les proximités spatiales et temporelles. Une approche par la rythmologie

Guillaume Drevon
Docteur en géographie
Chercheur au Laboratoire de Sociologie Urbaine
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL)
Chercheur associé au Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)

Télécharger l’article en pdf.

Dans cet article, nous proposons de revisiter le concept de rythme qui pourrait constituer une clé centrale de la transition des modes de vie, en vue de la limitation de leur impact environnemental et en dépassant la seule question des proximités pour penser les articulations entre les intensités, les pulsations et les allures. En prenant place à la fois dans l’espace et dans le temps, le rythme renvoie à des formes de distances spatiales et temporelles. La distance spatiale concerne l’éloignement qui se matérialise à travers la mobilité et le franchissement de l’espace, la distance temporelle renvoie aux différentiels de rythmes qui séparent les personnes et tend vers la désynchronisation. Dans cet article, nous proposons d’approcher la notion de proximité à partir de la rythmologie en proposant de revoir les distances spatiales qui nous éloignent et les écarts temporels qui nous séparent afin de penser de nouveaux modèles en matière de mode de vie dont les chorégraphies pourraient se baser sur des formes de proximités spatiales et temporelles renouvelées.

Les rythmes de vie présentent une dimension holistique pertinente dès lors qu’ils traversent les différents domaines de la vie et qu’ils permettent de réfléchir à différentes échelles spatiales et temporelles, du local au mondial et du quotidien à la temporalité de la vie. Le rythme est également pertinent pour penser l’adaptation dès lors que celle-ci passe par une redistribution de l’intensité des activités humaines à la fois dans l’espace et dans le temps. Notre proposition puise son inspiration dans la critique de l’accélération sociale qui s’intéresse aux effets délétères des rythmes de vie contemporains qui renvoient à certaines pathologies rythmiques comme le burn-out et les différents effets de saturations fonctionnelles et psychologiques (Antonioli et al. 2020). Les ressorts de l’accélération (Rosa, 2010) correspondent notamment à la compétition interindividuelle et à l’omniprésence de technologies accélératrices des allures de vie. L’analyse des effets délétères de l’accélération des rythmes de vie a largement été cantonnée aux domaines de la psychologie du travail, de la relation entre vie privée et vie professionnelle et aux inégalités sociales. Toutefois, l’utilisation du concept de rythme dans la perspective de la transition écologique demeure très limitée même si certains auteurs comme Helge Hvid (2010) militent pour un retour à une plus grande synchronisation entre les rythmes des activités humaines et ceux de la nature. Nous nous inscrivons dans cette perspective en proposant d’accompagner l’adaptation des modes de vie à l’aide de la rythmologie (Drevon, 2019).

Épistémologie de la notion de rythme en sciences sociales et dimensions structurelles

Depuis le début du 20ème siècle, le concept de rythme est présent dans différents domaines qui ont alimenté une longue généalogie de propositions rythmanalytiques (Sauvanet, 2018). En philosophie, la rythmanalyse apparait notamment chez Gaston Bachelard en 1936, puis chez Henri Maldiney (1973) et connait une nouvelle actualité au début des années 1990 (Wunenburger, 1992) puis à la fin des années 2000 avec la publication de la revue Rhuthmos. En parallèle des approches philosophiques, le concept de rythme est présent en sociologie dès le début du 20ème siècle. Georg Simmel met en avant la séparation progressive entre les rythmes cycliques de la nature et les rythmes de l’activité humaine (Simmel, 1900), en mettant en perspective, dans cette séparation, le rôle de la vie en ville, la marchandisation du temps et l’individualisation des modes de vie à travers la division du travail. Georg Simmel observe que le rythme de vie qui renvoie à la « somme des actions » est plus soutenu chez les habitants des grandes villes en décrivant notamment une « intensification de la vie nerveuse ». Pour Hartmut Rosa, le rythme correspond au nombre d’épisodes d’actions et d’expériences par unité de temps, reprenant ainsi la dimension expérientielle déjà décrite par Simmel (Rosa, 2010). Henri Lefebvre propose la notion de « rythmanalyse » en l’introduisant en 1961 dans le troisième tome de la « Critique de la vie quotidienne » (Lefebvre 1961) puis dans son ouvrage posthume (Lefebvre 1992). Il y met en perspective deux types de rythmes. Le premier, cyclique, renvoie aux rythmes naturels et du cosmos, le second linéaire a trait à la technique. Son but est de bâtir une sociologie de la quotidienneté en considérant conjointement le temps et l’espace dans un projet de rythmologie unique qui tend à analyser l’agencement des temps sociaux et leurs modalités de déploiement. Ces agencements peuvent ainsi être définis comme des rythmes susceptibles de donner à voir des formes de vie dans leurs dimensions spatiales et temporelles (Drevon, 2019). Il lie les rythmes de la liberté à la créativité quand il critique les conséquences de l’industrialisation sur la ville. Dans les espaces appropriées contrairement aux espaces dominés, la créativité s’épanouit (Lefebvre 1968).

D’autres recherches s’appuient également sur le concept de rythmes par exemple pour analyser les allures et l’expérience du corps dans l’espace public (Edensor, 2012), les périodes de synchronisation sociale (Launay et al. 2016) et la production des territorialités et des formes de sociabilités. Étant donné la diversité des domaines de recherche et des objets, certains auteurs considèrent que ces ensembles de réflexions relativement hétérogènes demandent à être intégrées dans une science générale des processus de territorialisation et de socialisation en mettant en perspective les mélodies et les refrains des territoires et des relations sociales (Brighenti & Kärrholm, 2018). En touchant notamment aux domaines de l’aménagement du territoire, le rythme apparait également comme un levier de régulation des pressions sur les environnements naturels et les milieux urbains (Drevon et al. 2020a). Il permettrait également de réduire les différentes formes de la saturation présentes dans nos vies et dans nos villes (Antonioli et al. 2020).

Les perspectives apportées par le concept de rythme sont particulièrement riches et peuvent être résumées à partir de trois dimensions structurelles. La première est d’ordre spatial et renvoie à la propagation des activités sur le territoire et le dimensionnement de leur empreinte. La deuxième dimension est d’ordre temporelle et concerne les temporalités et la périodicité des activités. Enfin la troisième concerne les allures et les intensités qui dimensionnent l’impact des activités considérées. Ces trois dimensions structurelles donnent à penser les modalités d’adaptation et éventuellement de régulation des modes de vie à travers le concept de rythme et constituent des prises directes possibles pour l’élaboration de politiques publiques du rythme.

Quelques pistes pour l’adaptation des modes de vie

Dans la mesure où la rythmologie est susceptible de constituer un domaine spécifique des sciences sociales, elle apparait pertinente pour répondre aux défis imposés par les changements environnementaux rapides. A notre sens, la rythmologie est en mesure d’alimenter au moins deux pistes qui s’appuient sur un renouvellement des chorégraphies qui sous-tendent les modes de vie contemporains.

La première piste correspond à la lutte contre l’éloignement spatial. A cet égard, le cas de la mobilité automobile quotidienne et des déplacements lointains liés aux loisirs qui favorisent l’usage de l’avion constituent des enjeux primordiaux dans la mesure où ceux-ci représentent un poste majeur d’émissions. Au-delà de la limitation et de la régulation de ces formes de mobilité à la fois dans leurs fréquences et leurs intensités, il s’agit de proposer des alternatives compensatrices. Ainsi, les politiques publiques prennent ici une place primordiale dans la mesure où celles-ci sont susceptibles de proposer des alternatives qui permettent non pas de rendre les personnes captives de leur territoire de résidence mais de les retenir dans la proximité pour leurs activités régulières et de loisirs. Ces alternatives se matérialisent à travers une valorisation des ressources de proximité notamment en matière de loisirs, une facilitation des pratiques nouvelles de travail ou encore la mise en place de mécanismes de récompenses et des facilitations commerciales. Limiter les mobilités qui présentent de fortes externalités négatives implique également de favoriser de nouveaux imaginaires de la mobilité. A cet égard, il s’agit de déconstruire les valeurs sociales qui entourent la mobilité et qui renvoient encore à la quête de la vitesse et aux voyages fréquents autour du monde dont la figure du globetrotter instagrammé s’est largement imposé sur les réseaux sociaux. La construction d’imaginaires de proximité et de formes de mobilités plus lentes et apaisées implique également de revoir les représentations véhiculées en particulier via les médias et la publicité au sujet de la sphère des loisirs et des déplacements quotidiens. Pour soutenir ce retournement des valeurs sociales qui entourent la mobilité, il s’agit également de mettre en perspective les gains pour les personnes en matière de rythmes de vie dès lors que ceux-ci permettent aux personnes de retrouver une maitrise de leur temps et une amélioration de leur bien-être.

La seconde piste renvoie à la réduction des distances temporelles. Cette perspective suggère notamment de lutter contre les désynchronisations qui impliquent certaines pathologies rythmiques qui renvoient notamment à l’isolement et l’ennui. La lutte contre les changements environnementaux rapides implique de favoriser le sentiment de communauté de destin en proposant de reconstruire du lien longtemps bousculé par les différentes formes de l’accélération sociale. Cette reconstruction nécessite de repenser la synchronisation des agendas et d’apaiser les rythmes de vie pour retrouver des temps communs permettant l’action collective et la concertation. Il s’agit également de permettre l’émancipation et la créativité en abaissant les pressions temporelles sur les personnes afin d’encourager le changement. L’étouffement engendré par les différentes formes de la saturation tend à limiter la propension au changement à la fois dans les modes de vie et les imaginaires. L’impulsion vers un retour à la synchronisation est également susceptible de renouveler voire de moderniser les temps sociaux trop souvent cantonnés aux rythmes éculés du métro-boulot-dodo. Cette perspective de la synchronisation retrouvée ouvre également le champ des possibles vers un recentrement sur le soin porté aux autres et propose également un renouveau de l’empathie envers les composants humains et non-humais des sociétés contemporaines.

Références bibliographiques :

Antonioli M., Gwiazdzinski L., Kaufmann V., Drevon G., & Pattaroni L. (Éds.), 2020. SATURATIONS Individus, collectifs, organisations et territoires à l’épreuve (Elya éditions). Elya éditions.

Brighenti A. M., & Kärrholm M., 2018. “Beyond rhythmanalysis : Towards a territoriology of rhythms and melodies in everyday spatial activities” in City, Territory and Architecture, 5(1). Scopus. https://doi.org/10.1186/s40410-018-0080-x

Drevon G., 2019. Proposition pour une rythmologie de la mobilité et des sociétés contemporaines. Alphil – Presses universitaires suisses.

Drevon G., Pattaroni L., & Hamel N., 2020. Rhythmanalysis of urban events. Empirical elements from the Montreux Jazz Festival. Urban Planning.

Edensor T., 2012. Geographies of Rhythm : Nature, Place, Mobilities and Bodies. Ashgate Publishing, Ltd.

Hvid H. S., 2010. “Sustainable Rhythms : When Society Meets Nature.” in A New Agenda for Sustainability, 15‑30.

Launay, J., Tarr, B., & Dunbar, R. I. M., 2016. “Synchrony as an Adaptive Mechanism for Large-Scale Human Social Bonding” in Ethology, 122(10), 779‑789. Scopus. https://doi.org/10.1111/eth.12528

Lefebvre H., 1981. Critique de la vie quotidienne. De la modernité au modernisme, tome 3. L’Arche.

Lefèbvre H., 1992. Éléments de rythmanalyse : Introduction à la connaissance des rythmes. Editions Syllepse.

Maldiney H., 1973. L’esthétique des rythmes. In Regard Parole Espace (L’âge d’homme).

Rosa H., 2010. Accélération : Une critique sociale du temps. La Découverte.

Sauvanet P., 2018. Actualité de la recherche en rythmanalyse(s) : Quelques éléments pour un état des lieux, suivis d’un retour sur quelques malentendus. In Rythmanalyse(s) : Théories et pratiques du rythme : Ontologie, définitions, variations (p. 15‑24). Jacques André éditeur.

Simmel G., 1900. Psychologie de l’argent. Allia.

Wunenburger, J.-J., 1992. Les rythmes : Lectures et théories. L’Harmattan.

Pour citer cet article :
DREVON Guillaume, « Restaurer les proximités spatiales et temporelles. Une approche par la rythmologie », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3128

 

Intelligence Artificielle : Quand la technologie est au service de la proximité sociale et organisationnelle.

Hélène Yildiz
Maîtresse de conférences HDR en marketing
Responsable M2 Marketing Digital et
Co-responsable MIAGE
Université de Lorraine,
CEREFIGE, IUT HP Longwy, IAE Metz

Alan Reiter
Consultant en marketing
Chargé d’enseignement
Université de Lorraine

Télécharger l’article en pdf.

Impulsée par les nouvelles technologies d’intelligences artificielles (IA), la société entre dans sa quatrième révolution industrielle (Murphy et al, 2021). L’IA évolue de manière exponentielle et les experts estiment qu’en 2030, ce marché représenterait environ 13 500 milliards de dollars. En outre, plus de 70% des entreprises intégreront dans l’avenir l’IA au sein de leur business model[1]. L’IA est une source majeure d’innovation (Huang et Rust, 2018) et ses apports engendrent de profondes mutations pour l’ensemble des acteurs économiques (entreprises, collectivités territoriales, consommateurs…). Ayant l’ambition d’imiter les capacités cognitives de l’être humain, l’IA peut être définie comme un système numérique capable d’interpréter correctement des données externes et d’apprendre de ces données (Learning machine) grâce au déploiement des processus algorithmiques intelligents (Davenport et al, 2019). Désormais, l’omniprésence de l’IA transforme radicalement la chaine de valeur des entreprises et leurs relations avec l’ensemble des parties prenantes. Néanmoins, cette nouvelle technologie peut s’avérer être nécessaire, notamment dans des secteurs où les pressions macroéconomiques et microéconomiques incitent les acteurs à repenser leur filière. C’est le cas, par exemple, de l’industrie du tourisme qui traverse actuellement de profondes mutations structurelles (pandémie du COVID19, réchauffement climatique et enjeux de durabilité), qui perturbent les modèles économiques et sociaux mis en œuvre.

D’un point du vue global, l’IA crée l’effervescence aussi bien dans le monde de l’entreprise que dans le monde académique. L’objectif principale étant d’identifier et de comprendre les enjeux et les impacts résultant de son utilisation par les entreprises. A ce titre, deux grandes approches se confrontent. La première considère que l’IA sera une technologie essentielle pour assister l’être humain dans sa prise de décision (Dejoux et Léon, 2018). A l’inverse, la seconde estime que l’IA sera une vraie menace pour l’humanité en menaçant massivement des emplois humains par l’automatisation des tâches (Jarrahi, 2018).

L’IA, de quoi parle-t-on ?

 Beaucoup de travaux de recherches émergent entre 1960 et 1990 et des prototypes de plus en plus performants sont développés (Exemple du programme ELIZA crée par Joseph Weizenbaum ou DEEP BLUE développé par IBM). Bien que ces programmes démontrent l’étendue du potentiel de l’intelligence artificielle, cette technologie reste encore focalisée sur des traitements de données basiques avec l’obligation permanente du paramétrage humain. Le réel virage stratégique de l’IA a été initié en 2009, avec l’apparition des réseaux neuronaux artificiels. Ces systèmes numériques complexes contribuent au déploiement de l’apprentissage automatique (Deep learning – Goertzel, 2014), véritable moteur des avancées technologiques majeures comme la reconnaissance vocale (2009), visuelle (2011) ou encore le traitement du langage naturel. Ces nouvelles architectures informatiques offrent à l’IA une puissance de traitement considérable grâce à une capacité d’apprentissage autonome. Deux facteurs symbiotiques semblent favoriser le développement rapide de l’IA. L’utilisation constante et massive d’internet génère d’immenses quantités de données disponibles pour les entreprises. Cette abondance d’informations complexifie le travail d’analyse pour les entreprises. L’IA devient alors primordiale pour traiter efficacement de grandes quantités des données numériques spécifiques. En outre, grâce aux progrès technologiques, les ordinateurs disposent de capacités de calcul beaucoup plus performantes permettant le développement d’algorithmes plus puissants et proactifs. Cette relation conjointe entre ces deux facteurs (Big Data et puissance de calcul) entraîne quotidiennement l’IA à devenir toujours plus précise et rapide.

L’IA au service de la proximité sociale

L’IA peut être visible sous une forme physique ou virtuelle. Sur le plan physique, l’apport de l’IA est important. Le développement des robots intelligents transforme la relation homme – machine notamment dans le secteur des services (Huang et Rust, 2018). Dans ce contexte, l’IA permet de créer des robots humanoïdes pouvant générer un degré de présence social fort, donnant l’impression aux utilisateurs d’être en présence d’un autre individu (van Doorn et al., 2017). Ce caractère anthropomorphique est primordial dans la perception de la physicalité de la technologie et dans la construction d’une relation de proximité avec ces nouveaux compagnons virtuels. De cette façon, les individus abandonnent davantage leur capacité de contrôle et laisse plus facilement ces nouveaux agents intelligents les accompagner. De toute évidence, l’IA physique révolutionnera l’expérience utilisateur. Ainsi, cette technologie va rendre les entreprises plus réactives à l’égard de leurs clients avec la proposition des services personnalisés (Wirtz et al., 2018).

Sur le plan virtuel, l’IA va contribuer au développement massif des futurs mondes numériques, constituant le metavers (Huynh-The et al, 2023). Le metavers possède de nombreux atouts pour attirer des utilisateurs à la recherche de nouvelles expériences virtuelles. Il s’agit d’un monde virtuel en 3D, partagé et offrant aux utilisateurs des expériences immersives et interactives (Park et Kim, 2022). Reflet du monde réel, le metavers est un monde virtuel persistant centré sur la valeur sociale. Il offre la possibilité aux individus d’échanger et de collaborer par le biais d’avatars numériques. La performance future du metavers sera très largement alimentée par l’IA. Le renforcement de cette technologie basée sur l’apprentissage automatique va offrir des univers virtuels beaucoup plus interactif grâce à des traitements graphiques plus puissant et des interfaces sécurisées, réduisant davantage les barrières entre le monde virtuel et réel (Xu et al., 2020). A titre d’exemple, la réalité virtuelle appliquée au tourisme (Caspar et al., 2019 ; Allal-Cherif, 2022) immerge les utilisateurs dans des environnements complètement numérisés. Les utilisateurs peuvent naviguer et découvrir des destinations ou des lieux culturels sans se déplacer. Par conséquent, l’IA intégrée à la réalité virtuelle favorise la proximité virtuelle et la curiosité des utilisateurs à l’égard de ces lieux touristiques et plus généralement ces mondes virtuels. Par ailleurs, grâce à l’apprentissage du traitement du langage naturel, l’IA générera, au sein du metavers, des chatbots plus performants. Les interactions entre les individus et les avatars virtuels seront alors beaucoup plus réalistes et précises, favorisant l’anthropomorphisme virtuel (Huynh-The et al., 2023) au service de mondes virtuels plus immersifs. Mondes virtuels dans lesquels il est possible par exemple d’évoluer pour faire notre shopping.

L’IA, au service de la proximité organisationnelle.

Comme évoqué précédemment, de nouvelles pratiques (managériales, entrepreneuriales, etc.) émergent de la volatilité exacerbée de nombreux secteurs d’activités. Des secteurs comme la banque (Fethi et Pasiouras, 2010) ou l’automobile (Bertrandias, 2019) connaissent d’intenses révolutions technologiques. Par conséquent, la maîtrise et l’intégration des nouvelles technologies d’IA deviennent des compétences stratégiques. L’IA permet de lier étroitement et efficacement l’ensemble des maillons de la chaine de valeur pour bâtir des nouveaux business models inclusifs et plus réactifs aux pressions externes. De cette manière, les entreprises adaptent plus effacement certaines activités importantes comme le marketing et les services (Filieri et al., 2021), pour répondre à l’émergence de nouvelles tendances de consommation. En outre, les entreprises développent, grâce l’IA, des relations permanentes, étroites et durable avec les fournisseurs et les distributeurs. Les algorithmes intelligents améliorent les stratégies de sourcing, d’achats, de ventes et de gestion partagée de stocks. Une fois de plus, les bienfaits de l’IA sont évidents. Les nombreux traitements numériques des données issues du marketing, de la logistique ou encore de la production, renforcent la performance stratégique, tactique et opérationnelle de l’entreprise. Grâce à l’IA, les entreprises identifient et anticipent plus facilement les besoins de leurs clients. Elles peuvent ainsi articuler en conséquence l’ensemble de leur chaîne de valeur.

Enfin, comme toute révolution industrielle, l’IA génère également des externalités négative. Depuis peu, une IA-anxiété se développe auprès des salariés. Elle engendrée par la préoccupation de se voir remplacé par des IA. Ce phénomène d’anxiété n’est pas sans rappeler les prémices de l’automatisation présente à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les machines automatiques ont progressivement investi les usines de tissage. A cette époque, les travailleurs redoutaient déjà ce que l’économiste John Maynard Keynes appellera, dans les années 1930, le « chômage technologique ».  Aujourd’hui, ce parallèle reste largement envisageable compte tenu des effets de l’introduction de l’IA dans les organisations. Pour preuve, les analystes suggèrent que plus de 300 millions d’emplois dans le monde pourrait être supprimés à cause de l’IA[2]. Les questions portant sur l’éventualité de voir un jour les machines, les robots et plus généralement l’informatique dépasser les capacités de l’être humain a toujours fait débat depuis des décennies au sein des communautés d’experts et plus largement dans la société. L’IA a toujours fasciné, et laisse encore aujourd’hui, beaucoup de questions sans réponses tant dans le monde de l’entreprise que dans celui de la recherche

 

Références bibliographiques :

Allal-Chérif O., 2022. “Intelligent cathedrals: Using augmented reality, virtual reality, and artificial intelligence to provide an intense cultural, historical, and religious visitor experience”, Technological Forecasting and Social Change, 178, 121604.

Bertrandias L, Lowe B, Sadik-Rozsnyai O, Carricano M., 2021. “Delegating decision-making to autonomous products: A value model emphasizing the role of well-being”, Technological Forecasting and Social Change, 169, 120846.

Caspar E,  Cleeremans A, Haggard P., 2015. “The relationship between human agency and embodiment”, Consciousness and Cognition, 33, p. 226-236.

Davenport T, Guha A, Grewal D. et al., 2020. How artificial intelligence will change the future of marketing”. Journal of the Academy of Marketing Science, 48, p. 24-42.

Dejoux C. & Leon E., 2018. Métamorphoses des managers : à l’ère du numérique et de l’intelligence artificielle, Eds Pearson, 229 p.

Fethi M.D, & Pasiouras F., 2010. “Assessing bank efficiency and performance with operational research and artificial intelligence techniques: A survey”, European Journal of Operational Research, 204, 189-198.

Filieri R, Mariani M., 2021. “The role of cultural values in consumers’ evaluation of online review helpfulness: a big data approach”. International Marketing Review, 38, p. 1267-1288.

Goertzel B. 2014. “Artificial General Intelligence: Concept, State of the Art, and Future Prospects”. Journal of Artificial General Intelligence, 5, 1-46.

Goldman Sachs Analys, 2023. The Potentially Large Effects of Artificial Intelligence on Economic, URL : https://www.key4biz.it/wp-content/uploads/2023/03/Global-Economics-Analyst_-The-Potentially-Large-Effects-of Artificial-Intelligence-on-Economic-Growth-Briggs_Kodnani.pdf

Huang M-H & Rust, R.T. 2018. “Artificial Intelligence in Service”. Journal of Service Research, 21, p. 155–172.

Jarrahi M.H. 2018. “Artificial Intelligence and the Future of Work: Human-AI Symbiosis in Organizational Decision Making”. Business Horizons, 61, p. 577-586. 

Murphy K, Di Ruggiero E, Upshur R. et al. 2021. Artificial intelligence for good health: a scoping review of the ethics literature. BMC Med Ethics, 22.

Park S.M, Kim Y-G. 2022. A Metaverse: Taxonomy, Components, Applications, and Open Challenges. IEEE Access.

The T.H, Pham Q.V, Pham X.Q, Nguyen T.T, Han Z & Kim D.S., 2023. “Artificial intelligence for the metaverse: A survey”, Engineering Applications of Artificial Intelligence, 117, 105581.

Van Doorn J, Mende M, Noble S. et al. 2017. “Domo Arigato Mr. Roboto: Emergence of Automated Social Presence in Organizational Frontlines and Customers’ Service Experiences”. Journal of Service Research, 20, p. 43–58.

Wirtz J, Patterson P.G, Kunz W.H, Gruber T, Lu V.N, Paluch S & Martins A. 2018. “Brave new world: service robots in the frontline”. Journal of Service Management.

Xu X, Bowen S, Sheng D, Gautam S, Muhammad B, Mohammad K, Varun M, Ahmad J, Maoli W. 2020. Service Offloading With Deep Q-Network for Digital Twinning Empowered Internet of Vehicles in Edge Computing. IEEE Transactions on Industrial Informatics.

[1] Le marché de l’IA et son périmètre, Dans SAY 2021/3 (N° 5), pages 144 à 145

[2] Goldman Sachs Analyse 23 mars 2023

 

Pour citer cet article :
YILDIZ Hélène, REITER Alan, « Intelligence Artificielle : Quand la technologie est au service de la proximité sociale et organisationnelle. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3136

Jeux de hasard et d’argent et micro-proximités dans les bars-PMU. L’exemple d’Aubervilliers

Nicolas Brun
Doctorant en géographie
Université Sorbonne Paris Nord
UR 7338 Pléiade

Télécharger l’article en pdf.

Un travail de recherche entamé en 2020 a conduit mes pas sur les terrains de Paris VIIème et d’Aubervilliers en Seine-Saint-Denis, où j’ai pu fréquenter les bars, cafés, tabacs, lieux de prédilection des jeux de la Française Des Jeux (FDJ) et du Pari Mutuel Urbain (PMU). Je souhaite ainsi partager dans ce numéro inaugural de la revue GéoProximitéS une réflexion entamée lors de ces moments passés dans les bars-PMU d’Aubervilliers.

À Aubervilliers, les points de vente du PMU et de la FDJ se situent principalement dans des établissements de débits de boisson (16 sur 19), parfois associés à un débit de tabac (Figure 1). Ces différents types de points de vente se répartissant dans divers quartiers de la commune. Les quartiers du Centre-Ville et des Quatre-Chemins (Figure 2) se distinguent avec une concentration significative, abritant respectivement six et cinq points de vente de jeux d’argent et de hasard (JAH) parmi les 19 étudiés.

Différents points de vente de jeux d’argent et de hasard du PMU et de la FDJ à Aubervilliers. (Nicolas Brun, 2022)
Figure 1. Différents points de vente de jeux d’argent et de hasard du PMU et de la FDJ à Aubervilliers. (Nicolas Brun, 2022)

De nombreux travaux s’intéressent aux débits de boissons. On peut citer la thèse récente de Pierre-Emmanuel Niedzielski (2018) dans laquelle il réalise une ethnographie de plusieurs établissements strasbourgeois, toutefois sans s’intéresser spécifiquement à la thématique des jeux d’argent. Dans son mémoire de fin d’étude, Anne- Claire Mangel (2006), nous offre une description précise des espaces de jeux présents dans les bars-PMU et comment la pratique du jeu favorise les échanges et la sociabilité, mais aussi la distance entre les usagers en fonction des jeux pratiqués (Mangel, 2006, p. 26). Ainsi, comme le note Audrey Valin, les turfistes préfèrent « les espaces consacrés à leur seul jeu, ils restent eux-mêmes à l’écart du reste de la clientèle quand le lieu réunit plusieurs populations » (2023, p. 396), tandis que Elizabeth Vercher insiste sur la « convivialité du jeu » moteur de la « sociabilité construite » dans les espaces de jeu en s’appuyant sur l’exemple des casinos (2003). Je me contenterai ici de mettre en lumière le rôle des opérateurs de jeux du PMU et de la FDJ dans la spatialisation des espaces de jeux à l’intérieur des points de vente de jeux d’argent à travers les stratégies, marketing notamment, mises en place et comment cela participe à ordonner les sociabilités ludiques et le cloisonnement de ces microterritoires.

1. Le point de vente de jeux d’argent et de hasard : un espace aménagé

Dans un premier temps, je reviendrai rapidement sur les modalités de l’enquête de terrain. Puis à travers une description d’un point de vente de jeux d’argent et de hasard (JAH) à Aubervilliers, je présenterai les différents espaces de jeux d’argent présent dans ces établissements. Afin de montrer comment à travers les choix des opérateurs de jeux, ceux-ci contribuent au cloisonnement des espaces de jeux au même titre que les pratiques ludiques et spatiales des usagers.

Aubervilliers, se trouve en Seine-Saint-Denis, à la limite des XVIIIe et XIXe arrondissements parisiens (Figure 2). J’y ai effectué mon terrain de recherche de janvier à juin 2022, période durant laquelle j’ai étudié les 19 points de vente de JAH de la commune, qui offrent dans le même établissement à la fois des espaces de jeu du PMU et de la FDJ. Cette recherche s’appuie sur un travail d’observation participante et d’entretien informel avec les usagers des points de vente de JAH d’Aubervilliers. Par la suite, dans le but d’approfondir ce premier travail, des entretiens plus approfondis devront être réalisés auprès des acteurs des points de vente (gérants, employés, clients).

Localisation et typologie des points de vente de jeux d’argent PMU et FDJ à Aubervilliers en 2022. (Nicolas Brun, 2023)
Figure 2. Localisation et typologie des points de vente de jeux d’argent PMU et FDJ à Aubervilliers en 2022. (Nicolas Brun, 2023)

Les points de vente PMU et FDJ d’Aubervilliers, majoritairement des débits de boisson, aménagent leur espace intérieur tel que présenté sur la figure 3.

Représentation simplifiée de l’organisation interne d’un bar-PMU/FDJ d’Aubervilliers (Nicolas Brun, 2023).
Figure 3. Représentation simplifiée de l’organisation interne d’un bar-PMU/FDJ d’Aubervilliers (Nicolas Brun, 2023).


Près de l’entrée, se trouve l’espace réservé aux jeux de la FDJ (loteries, grattages) et aux paris sportifs (ParionsSport). À cet endroit, le présentoir des jeux à gratter (Illiko) et une caisse spécifique aux jeux de la FDJ accueillent les clients. Cette zone est marquée par le flux d’usagers qui y circulent, tous les clients devant passer par cet espace pour pénétrer dans le point de vente. Le flux de clientèle passant dans l’espace dédié aux jeux de la FDJ sert donc de zone de passage aussi bien aux joueurs FDJ, qui ne restent jamais très longtemps dans le point de vente, qu’aux turfistes qui souhaitent rejoindre ou quitter l’espace PMU, ainsi qu’aux clients venus acheter leur paquet de cigarettes lorsque le point de vente dispose d’un débit de tabac, celui-ci se trouvant souvent proche de l’entrée. Dans cet espace estampillé FDJ, la couleur bleue, emblème de cette dernière, se donne à voir, tout comme les affiches publicitaires mettant en avant les jeux et les gains à venir, ainsi que les gains déjà remportés dans le point de vente. Elle est généralement dépourvue de mobilier incitant les joueurs à rester, à l’exception de quelques présentoirs destinés à la préparation des grilles de Loto/EuroMillions et de paris sportifs.

À l’inverse, dans l’espace réservé aux activités de paris hippiques, des tables et des chaises sont le plus souvent installées ; s’y trouvent également des écrans diffusant EquidiaTV et une ou plusieurs bornes de prise des paris. Cet espace est généralement situé à proximité du comptoir du bar, mais surtout à l’écart des autres espaces du point de vente afin de préserver à la fois l’entre-soi des parieurs hippiques, mais aussi le reste de la clientèle qui pourrait être dérangé par le bruit des écrans TV qui retransmettent les courses et par les bruyants turfistes (Martignoni-Hutin, 1992, p. 10 ; Valin, 2013, p. 386). Les équipements mis à disposition permettent aux joueurs de s’installer et de passer du temps dans cet espace. Enfin, comme pour l’espace de la FDJ, l’espace du PMU est marqué par l’identité visuelle souhaitée par le PMU. Ainsi, la couleur verte, emblématique de la marque hippique, est présente dans ces espaces, notamment à travers les bornes de prise des paris, de couleur verte, les affiches publicitaires, le logo de l’enseigne et les gains auparavant remportés dans le point de vente par les turfistes qui le fréquentent. Pour les points de vente, qui disposent de plusieurs salles, comme c’est le cas pour le Malibu ou le Café du Marché, on peut même trouver le logo du PMU au-dessus de l’embrasure de l’entrée de la salle réservée aux turfistes, afin de bien signifier aux clients l’usage de cet espace.

2. Des micro-territoires de l’entre-soi

Dans un point de vente de Jeux d’argent et de hasard, les joueurs peuvent s’adonner à différentes formes de jeux d’argent, les paris hippiques pour le PMU et les jeux de loteries, jeux à gratter et paris sportifs pour la FDJ. Étant donné leurs natures différentes, ces jeux d’argent n’entraînent pas les mêmes usages des points de vente de jeux d’argent et de hasard. Notamment en termes de temps alloué à la pratique même du jeu, quelques minutes tout au plus pour les jeux à gratter de la FDJ, à plusieurs dizaines de minutes voire plusieurs heures pour les turfistes les plus chevronnés. Les turfistes et les adeptes des jeux de la FDJ n’ont ainsi pas le même usage spatial et temporel des points de vente. Les premiers se considéreront comme des habitués et resteront parfois plusieurs heures dans le point de vente, tandis que les seconds seront des usagers de passage, qui n’iront pas s’aventurer au-delà de l’espace dédié aux jeux de la FDJ.

Vie des points de vente de jeux d’argent à Aubervilliers. En haut les turfistes se regroupent devant les écrans TV du bar-PMU Le Celtique pour suivre la course du moment. En bas, un groupe de parieurs prennent un café devant le Madison. (Nicolas Brun, 2022)
Figure 4. Vie des points de vente de jeux d’argent à Aubervilliers. En haut les turfistes se regroupent devant les écrans TV du bar-PMU Le Celtique pour suivre la course du moment. En bas, un groupe de parieurs prennent un café devant le Madison. (Nicolas Brun, 2022)

Les pratiques ludiques des usagers vont également entraîner des sociabilités ludiques différentes. Pour un turfiste, les échanges avec les autres parieurs font partie du jeu (Martignoni-Hutin, 1992, p.8 ; Mangel, 2006, p.39 ; Valin, 2013, p.383), comme le fait de se rassembler devant les écrans TV au moment des courses (Figure 4, image de droite). La sociabilité des turfistes bien que supérieure à celle des joueurs FDJ, qui n’en ont aucune ou presque entre eux, n’en reste pas moins une « sociabilité éphémère » (Valin, 2013, p.383). Tandis qu’entre les groupes, les échanges sont rares, n’ayant pas ou peu de points en communs, si ce n’est de se retrouver dans un même lieu pour jouer à des jeux différents.

Cependant, malgré le partage de ce même lieu, les usagers de ces deux groupes ne partagent pas les mêmes espaces. Cette séparation des espaces est accentuée par les choix des opérateurs de jeux d’argent du PMU et de la FDJ. En effet, le choix de positionner pour la FDJ ces équipements au niveau de l’entrée et pour le PMU de se positionner plus en retrait dans le point de vente, marque une première volonté des deux opérateurs de bien différencier leurs espaces respectifs. Le PMU participe ainsi à travers ce choix à façonner « l’entre- soi […] communautaire [des turfistes] et le clivage entre les différentes populations d’usagers » des points de vente (Valin, 2013, p. 387). Tandis que la FDJ avec un emplacement à proximité de l’entrée, facilite grandement l’écoulement du flux plus ou moins important d’usagers venus jouer à ses jeux. De plus, les codes couleurs respectifs, le bleu pour la FDJ et le vert pour le PMU, participent également à construire visuellement ces espaces de jeux spécifiques à chacun des deux opérateurs. Tout comme la pose d’affichage publicitaire, des logos du PMU ou de la FDJ, contribue également à ce phénomène de cloisonnement de ces espaces, jusqu’à – comme cela a été mentionné précédemment – installer au-dessus de l’embrasure des salles dédiées aux courses hippiques, le logo du PMU, pour bien signifier aux éventuels usagers qu’ici se trouve le territoire des turfistes, en opposition au territoire des usagers des jeux de la FDJ.

Références bibliographiques :

Mangel A.-C., 2006, Le succès du Pari Mutuel Urbain auprès des populations d’origine étrangère. L’influence d’une situation d’immigration sur la pratique d’un jeu d’argent. Mémoire de master 2. URL : https://consommations-et-societes.fr/uploads/documents/200903 CLAIREMANGELPMUMemoireM2.pdf

Martignoni-Hutin J.-P., 1992, « Jeux, joueurs, espace de jeu: Le course par course du P.M.U. », Ethnologie française, vol. 22, no 4, p. 472‑489.

Niedzielski P.-E., 2018, Sociabilités de comptoir : une ethnographie des débits de boissons (Thèse de doctorat). URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03000539

Valin A., 2013, Le hasard en sociologie : autour des pratiques quotidiennes des jeux d’aléa (These de doctorat). Consulté à l’adresse https://www.theses.fr/2013BESA1024

Vercher E., 2003, « Les jeux d’argent à l’épreuve d’Internet : l’esthétique entre l’interaction publique et l’imaginaire », X° Colloque bilatéral franco-roumain, CIFSIC Université de Bucarest, 28 juin – 3 juillet.

Pour citer cet article :
BRUN Nicolas, « Jeux de hasard et d’argent et micro-proximités dans les bars-PMU. L’exemple d’Aubervilliers. », 0 | 2023 – Ma Proximité, GéoProximitéS, URL : https://quamoter.hypotheses.org/3153

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search