Pratiques des personnes âgées dans les parcs de proximité. Étude de cas dans l’agglomération de Monterrey (Mexique)

Au Mexique, l’urbanisation non planifiée génère des problèmes environnementaux engendrant une augmentation des pollutions urbaines, des températures élevées en centre-ville, une minéralité croissante. Plus sensibles à la qualité de l’air et aux fortes chaleurs, aux canicules, les personnes âgées en ressentent les effets négatifs sur leur qualité de vie. Dans ce contexte, les parcs urbains, notamment de proximité, jouent un rôle primordial dans l’amélioration des conditions de vie des citadins et en particulier de celles des ainés. A Monterrey au Mexique, les parcs urbains sont primordiaux pour les personnes âgées qui les fréquentent chaque jour. Peu d’obstacles les freinent dans leurs pratiques quotidiennes. Lieux de rencontre et de pratiques sportives, les parcs urbains de proximité améliorent leur bien-être chaque jour, leur santé mentale et physique à plus long terme. Lire la suite

Mots cléfs : Gérontologie environnementale, parc urbain de proximité, pratiques, obstacles, aménagement, santé et bien-être

Wiesztort Laurène – Docteur en Géographie Aménagement du territoire – laurene.w@hotmail.fr

Continuités et discontinuités dans la construction des modes d’habiter d’élèves, envisagées au prisme d’une résidence artistique.

La prise en compte de la spatialisation traverse, depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales, mais également tout ce qui traite d’une façon ou d’une autre des rapports des sociétés à leur environnement. La déclinaison de ce « tournant géographique » interroge la notion de territoire, d’appropriation quotidienne de l’espace, du rapport au lieu, des modes d’habiter. L’accompagnement de la résidence artistique de Clémentine Baert Parcourant soi a été l’occasion d’approcher la notion de quotidienneté et de l’habiter à partir du travail auprès de jeunes élèves et de l’interprétation graphique réalisée par des étudiants de l’Université d’Artois. Lire la suite

Mots clefs : Discontinuités, territoire, habiter, représentations

Luxembourg Corinne, Maîtresse de conférences en Géographie et Paysage Architecture, Milieu – ENSA Paris La Vilette, France. corinne.luxembourg@paris-lavillette.archi.fr

Méthodologie et premiers résultats des entretiens sur le quartier universitaire d’Arras : Que nous apprennent les cartes mentales et les itinéraires ?

La carte mentale est un outil de collecte de données utilisé dans le domaine de la géographie et de l’urbanisme. Dans le cadre des travaux du programme de recherche QuaMoTer, cet outil a été utilisé afin d’explorer les représentations des résidents sur la ville d’Arras. Sept étudiants ont été interrogés afin de connaitre leur perception et représentation du quartier universitaire et leurs habitudes relatives à l’espace. Ces entretiens avaient pour but d’établir une méthodologie permettant de répondre aux objectifs de recherche du programme QuaMoTer, s’intéressant au territoire vécu par les individus pour mieux comprendre les pratiques de l’espace dans la ville d’Arras. Lire l’article.

Mots-clés :   Carte mentale, campus, étudiants, représentations spatiales.

Dorval – Étienne, étudiant à la maîtrise en travail social, Université Laval- Canada, etienne.dorval.1@ulaval.ca

Raymond – Émilie, Professeure, École de travail social et de criminologie .

Parution de l’ouvrage collectif Ville-Habitat-Habiter

En différentes régions du monde, le lecteur est placé dans la vie quotidienne de citadins, au cœur de façons de faire et de vivre la ville. Les expériences présentées émanent d’individus, de petits groupes, d’associations, de bailleurs qui mettent en œuvre, à leur échelle, des actions favorisant le bien vivre en ville pour faire évoluer les conditions de l’habiter urbain, en renforçant les solidarités.

S. Coupleux et C. Egea Jiménez

http://editorial.ugr.es/static/Emanagement/*/detalle_libro/ciudad-vivir-habitar-ville-habitat-habiter

DISCRIMINATIONS DES FEMMES DANS LA VILLE

Dans cet article il s’agira de restituer quelques grands résultats d’une enquête sur les déplacements des femmes dans une grande ville de province. Cette enquête, qui s’est déployée autour d’une triple méthode (qualitative par focus-groupes, quantitative avec plus de 5 200 réponses, et observationnelle) permet de traduire de façon chiffrée le sentiment et les expériences des discriminations vécues par les femmes dans la ville. Mais ces résultats traduisent également, la variété des situations en fonction des caractéristiques des personnes, et la multiplicité des modes de gestion de la discrimination, de son risque, de sa potentialité même. Lire l’article

Mots clés : genre, ville, discriminations

ALESSANDRIN Arnaud, Sociologue, chercheur associé au Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux, France.