Ville inclusive – Ville genrée

pratiques des espaces publics

La journée d’étude organisée le 7 juillet 2017 réunissait universitaires, urbanistes, associations… autour de questions relatives à la ville inclusive, la ville genrée. Il s’agissait de porter à la discussion la manière dont l’espace public urbain peut être vécu, parcouru, approprié différemment en fonction du genre, de l’âge ou encore du handicap.

Au-delà, du constat, comment cet espace public, partagé, lieu de rencontre et d’échange peut-il devenir non-lieu, synonyme d’insécurité, lieu d’exclusion ? Comment les politiques s’attachent-elles à répondre aux enjeux de la ville inclusive ?

Vous trouverez ici quelques unes des contributions présentées à cette occasion.

Johanna DAGORN de GOÏTISOLO à partir des résultats d’une enquête montre que si toutes les femmes appréhendent la ville et l’espace public, les étudiantes qui sont massivement touchées par le harcèlement sexiste et sexuel, ne l’investissent pas de la même manière. Entre incorporation des sexismes, et sentiment d’insécurité, elles adoptent des stratégies et des modes de résistances différents de leurs aînées.  Lire l’article

Arnaud ALESSANDRIN rapporte quelques grands résultats d’une enquête sur les déplacements des femmes dans une grande ville de province. Cette enquête, qui s’est déployée autour d’une triple méthode (qualitative par focus-groupes, quantitative avec plus de 5.200 réponses, et observationnelle) permet de traduire de façon chiffrée le sentiment et les expériences des discriminations vécues par les femmes dans la ville. Mais ces résultats traduisent également, la variété des situations en fonction des caractéristiques des personnes, et la multiplicité des modes de gestion de la discrimination, de son risque, de sa potentialité même. Lire l’article

Giulia CUSTODI propose une réflexion de sur les politiques urbaines genrées, à partir d’une enquête sur Bologne, basée sur la conception et la production d’une cartographie genrée de la ville. A partir de la carte « genrée » la réflexion porte sur des aspects de la prise en compte du genre dans les politiques urbaines italiennes, en se demandant s’il est possible de parler de Gender Mainstreaming « italien ».

Pour terminer, Etienne DORVAL analyse les pratiques des étudiants de la ville d’Arras (Hauts-de-France) à partir de cartes mentales. Il s’agit de déceler les représentations du quartier universitaire et les habitudes relatives à l’espace. Ce premier travail de collecte avait pour but de construire un outil et une méthode de collecte permettant de répondre à l’un des objectifs de recherche du programme « Quamoter », s’intéressant plus largement au territoire vécu par les habitants d’un quartier de la ville, dont les résultats feront l’objet d’une prochaine publication. Lire l’article.