Les chercheurs

Sylvie Coupleux est géographe, Maitre de Conférences à l’Université d’Artois, chercheuse au laboratoire Discontinuités (EA 2468) et directrice du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Habitat Solidaire et Durable », un groupement pluridisciplinaire associant des laboratoires de l’Université d’Artois au bailleur social Pas-de-Calais Habitat. Elle a co-dirigé l’ouvrage Ville, Habitat, Habiter » (à paraître aux éditions de l’UGR) et un numéro spécial de la revue Espace Populations et Sociétés Interroger et comprendre les effets d’échelles de la vulnérabilité dans lesquels est abordée la question de la vulnérabilité sociodémographique. Si ses principaux thèmes de recherche concernent la mobilité et les stratégies résidentielles individuelles et familiales, ses travaux s’orientent depuis quelques années vers la question du vivre en ville, de la vulnérabilité des populations, et vers la manière dont se construisent les modes d’habiter. Dans le cadre du projet QuaMoTer Sylvie Coupleux participera à l’analyse des mobilités, de la motilité, à celle des facteurs influençant les modes d’habiter ainsi qu’aux représentations liées à ce qui fait quartier. Page personnelle

Sylvie Delmer est géographe, Maître de Conférences à l’Université de Lille – Sciences et Technologies – où elle enseigne dans le champ de l’aménagement (urbanisme et transports) et de la géographie économique. Elle encadre depuis de nombreuses années des ateliers de terrain, ateliers de projet et projets tutorés. Chercheuse du laboratoire TVES (EA Lille1/ULCO n°4477), elle participe aux travaux de l’axe « mutations urbaines et développement des territoires » et s’intéresse plus particulièrement aux  systèmes de déplacements dans les processus métropolitains, analysés sous l’angle de la mutation des gares et quartiers de gare, des nouveaux services à la mobilité, de l’accessibilité. Dans ce cadre, elle fait appel aux méthodes d’entretiens, enquêtes et l’analyses spatiales des cheminements et itinéraires. Co-signataire de l’ouvrage collectif, Gares et pôles d’échanges, à paraître aux éditions du Septentrion, Sylvie Delmer participera dans le cadre du projet QuaMoTer, à l’analyse des déplacements et à la mobilité des populations du quartier Préfecture à Arras. Mobilités douces, cheminements et usages de l’espace public seront interrogés pour comprendre ce qui fait quartier. Page Personnelle

Nicolas Lebrun est géographe, Maitre de Conférences à l’Université d’Artois, chercheur au laboratoire Discontinuités (EA 2468) et membre du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Habitat Solidaire et Durable ». Ses principaux thèmes de recherche concernent les fonctions urbaines, et principalement la fonction commerciale, en situation de centralité ou de discontinuité (intra-urbaine ou frontalière). Il a notamment dirigé l’ouvrage Commerce et discontinuités (aux éditions Artois Presses Université), un numéro thématique de la Revue Géographique de l’Est sur « Fonctions urbaines et respiration patrimoniale de la ville » et un numéro de la revue Territoire en mouvement sur « Activités marchandes et pratiques de la frontière ». Il prépare un numéro de la revue lausannoise Urbia sur Commerce et durabilité urbaine. Dans le cadre du projet QuaMoTer Nicolas Lebrun participera à l’analyse des pratiques liées aux fonctions urbaines à l’échelle du quartier et de la ville. 

Corinne Luxembourg est géographe, maîtresse de conférences à l’Université d’Artois, chercheuse au laboratoire Discontinuités (EA 2468). Après avoir travaillé sur les villes moyennes industrielles et le patrimoine de production, elle s’intéresse plus particulièrement à la relation entre les modes d’habiter, l’appropriation démocratique de la fabrique de la ville et les sensations induites par les formes urbaines. Depuis 2013 elle porte le programme pluridisciplinaire de recherche-action « La ville côté femmes » développant une analyse genrée des espaces publics urbains. Dans ce cadre, elle a coordonné un numéro spécial de la revue Géocarrefour intitulé Genre et politiques urbaines (février 2017) et codirigé l’ouvrage La ville : quel genre ? L’espace public au prisme du genre (2017, éditions du Temps des Cerises). Dans le cadre du projet QuaMoTer Corinne Luxembourg s’intéressera à la traduction cartographique des travaux, à l’analyse genrée des espaces urbains. Page personnelle

Émilie Raymond est professeure à l’École de Service Social de l’Université Laval à Québec, où elle enseigne dans les champs de l’intervention collective et de l’action sociale. Elle est chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) et codirige l’équipe de recherche en partenariat « Participation sociale et ville inclusive ». Emilie Raymond s’intéresse à la participation sociale et citoyenne des aînés ayant des incapacités et utilise principalement des approches participatives de recherche, collaborant présentement avec des milieux communautaires et associatifs désireux de devenir plus inclusifs à l’égard des personnes en situation de handicap. Emilie Raymond a coédité l’ouvrage Droits de vieillir et citoyenneté des aînés. Pour une perspective internationale, paru en 2015. Dans le cadre du projet QuaMoTer, elle abordera les questions du lien social à l’intérieur du quartier Préfecture à Arras, notamment sur le plan de la mixité et de la cohabitation des divers groupes sociaux. Page personnelle

Laurène Wiesztort, géographe, est  actuellement postdoctorante à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) où elle participe à deux projets de recherche. Le premier, financé par l’organisme Ouranos, traite des « espaces verts urbains : inégalités sociales et mécanismes d’influence sur la santé et le bien-être ». Le second, porte sur l’ « étude des enjeux limitant et facilitant l’action des acteurs locaux en faveur de l’insertion de parcs en ville, porteurs de bien-être et de santé mentale ». Elle travaille depuis la thèse sur les problématiques de nature en ville et de développement durable et, depuis deux ans, son approche se fait via le bien-être et la santé en ville, toujours en lien avec les espaces de nature, tels que les parcs. Elle est membre, en France, des laboratoires de géographie : Discontinuités EA 2468 (depuis 2006) et le Ladyss UMR 7533 CNRS (depuis 2015). Dans le cadre du projet QuaMoTer, elle participe à l’analyse des perceptions des ambiances par les habitants du quartier Préfecture à Arras, portant un intérêt particulier aux éléments de nature dans l’espace public.Page personnelle.

Étienne Dorval est bachelier en service social de l’Université Laval à Québec où il poursuit des études de Maîtrise dans le même domaine. Il s’intéresse à l’inclusion des personnes ayant des incapacités et à l’action collective. Par son implication dans le projet QuaMoTer, Etienne Dorval s’intéressera principalement à la dimension du lien social et au territoire vécu par les habitants du quartier Préfecture sur le plan relationnel.